Deliveroo en pleine tambouille

Deliveroo en pleine tambouille

Publié le • Modifié le 2019-08-20 09:36:10 par Cédric- éditeur @ sitedesmarques - vu 1547 fois.

Longtemps réservée aux seules pizzas, la mode pour se faire livrer des repas s’est développée à vitesse grand V ces dix dernières années.

Ce marché est en pleine ébullition et quasiment tous les géants de l’agroalimentaire et de la restauration rapide rachètent ou s’associent avec des sociétés de livraison de repas.

De McDonalds à KFC en passant par Planet Sushi et Allo Resto, il est aujourd’hui possible de tout commander ou presque pour déjeuner ou dîner. Foodora, Allo Resto, Food Chérie, Resto In… les sites de livraison de repas abondent avec deux mastodontes qui se détachent Uber Eats et Deliveroo.

Lancé en 2015, Uber Eats s’utilise sur la même application qu’Uber ou sur un site internet dédié. La plateforme de commerce électronique propose la livraison de repas de dizaines de repas partenaires. Un véritable géant du secteur, l’entreprise américaine étant installée partout dans le monde.

En France, elle a d’ailleurs décidé de mettre les bouchées doubles pour mettre en avant son image. Uber Eats est ainsi devenu partenaire de la Ligue 1 de football mais aussi de l’Olympique de Marseille.

L’entreprise britannique condamnée en Espagne

De son côté Deliveroo est aussi un des plus anciens du secteur puisque fondé en 2013. L’entreprise britannique livre dans 12 pays du monde et près d’une centaine de villes, de l’Irlande à Australie en passant par Hong Kong, les Pays-Bas ou la France.

La société tente de se distinguer par deux particularités : même si l’essentiel des commandes à domicile ou au bureau restent burgers, pizzas et autres sushis, elle s’est aussi spécialisée dans la gastronomie haut de gamme et ses livreurs se déplacent à vélo. Des livreurs qui, justement, sont en train de se rebeller.

Dotés du statut de travailleur indépendant, ce qui les prive du salaire minimum et des congés payés auxquels ils auraient droit en tant que salarié, ces derniers se sont souvent tournés vers les tribunaux. En Espagne, Deliveroo a ainsi été condamné. Et l’entreprise craint aujourd’hui que cette rébellion gagne la France où elle emploie quelques milliers de livreurs.

Obligé de quitter le marché allemand

Outre ces démêlées judiciaires, Deliveroo a dû mal à résister à la concurrence. La société ne dégage pas ou peu de bénéfices et a été contraint de suspendre, courant août, l’ensemble de ses activités en Allemagne.

Selon les données du Global Consumer Survey, Deliveroo n’a pas rencontré le succès escompté outre-Rhin où seulement 5% des utilisateurs allemands de ces services de restauration ont déclaré avoir commandé sur Deliveroo au cours des douze derniers mois. La plateforme est en comparaison bien plus populaire dans d’autres pays européens comme le montre le graphique élaboré par Statista ci-dessous.

Infographie: Deliveroo, une succes-story partielle | Statista Vous trouverez plus d’infographie sur Statista


l'auteur


Commentaires

Deliveroo
Voir la fiche
Deliveroo

Les avis

Noté 0 / 5 par 0 utilisateur(s)


Alimentation Trouver un magasin Deliveroo proche
Deliveroo en pleine tambouille
Deliveroo en pleine tambouille


Lire l'article